Promo 2009/2012

Bonjour et Bonne visite Smile

    UE 2.6 C4 La séméiologie psychiatrie

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 47
    Date d'inscription : 27/07/2009
    Age : 31
    Localisation : Armentieres

    UE 2.6 C4 La séméiologie psychiatrie

    Message  Admin le Jeu 18 Fév - 16:30

    Séméiologie psychiatrique 18/02/2010
    Définition des signes des pathologies psychiatries.
    La séméiologie est la science des signes.
    Particularité de la psychiatrie ->signes essentiellement cliniques (peu d’examens paracliniques).
    Ils sont à la fois :
    - Subjectifs -> ressentis et rapportés par le patient ; Ex : tristesse, IDS, anxiété, phobie, idées délirantes, hallucinations…
    - Objectifs -> constatés par le soignant. Ex : désorientation, agitation, trouble du langage, distractiibilité, retrait…

    Généralités :
    Lors de l’entretien, on procède du moins directif au plus directif.
    L’entretien est d’abord libre -> le patient évoque ses difficultés de façon spontanée en suivant le cours de sa pensée.
    L’attitude d’écoute du soignant doit permettre au patient de se sentir libre de s’exprimer.
    Au fil du discours, le soignant l’observe et apprécie son aspect général, ses gestes, son comportement.
    Dans un 2ème temps, on peut poser des questions afin de recueillir un maximum d’informations.
    Le cadre de l’entretien définit la relation patient/soignant.
    Il s’agit d’essayer de toujours adopter l’attitude la plus adaptée mais aussi maintenir la distance nécessaire (éviter l’intrusion ou la trop grande familiarité)
    A l’hopital, la patient peut être opposé aux soins ( ex : déni des troubles) -> instauration d’un climat de confiance.
    En ambulatoire (ex : CMP, domicile), la demande d’écoute et de soins vient le plus souvent du sujet -> attitude empathique avec une certaine distance.

    L’entretien psychiatrique se déroule souvent selon le schéma suivant :
    Symptomes actuels
    Description des troubles et évaluation de la présentation, des conduites instinctuelles et sociales, des fonctions supèrieur.
    Evolution des troubles mode de début, de fin, facteur déclenchants, réponse au traitement.
    Anamnèse des troubles :
    Age de début
    Type de personnalité
    Existence, caractéristiques et évolution d’accès antérieurs,
    Traitements antérieurs, hospitalisation.
    Biographie :
    ATCD psychiatriques, somatiques, personnels et familiaux.
    Consommation de toxique et/ou d’alcool.
    Arguments étiologiques
    Profils psycho-social du sujet
    Environnement familial et professionnel.
     Diagnostic
    o Névrose (angoisse, hystérique, phobique, obsessionnelle) conscience douloureuse des troubles
    o Psychose (schizophrènie, paranoïa, manie, mélancolie)  inconscience du caractère pathologique des troubles.
     CAT
    o Traitement
    o Indication d’une hospitalisation (HL, HDT, HO)
    o Nécessite d’une mesure de protection des biens (sauvegarde de justice, curatelle, tutelle)

    Présentation
    1) La tenue : importance de repérer
     Un inadaptation vestimentaire en fonction de l’âge, du sexe ou du contexte social  tenue sale, négligée, indécente ou choquante (démence, confusion, manie)
     Un maniévrisme vestimentaire exagéré (hystérie, schizophrénie)

    2) La mimique
     Traduit le langage non verbal du visage = expression.
    o Hypermimie  euphorie (manie), terreur(délire), séduction(hystérie).
    o Hypomimie, amimie tristesse (dépression), perplexité, inexpressivité (démence).
    o Dysmimie  discordance avec la discours (sourire discordant du schizophrène).

    3) Le comportement
     L’agitation :
    o Hyperactivité motrice turbulente désordonnée, impulsive voir destructrice.
    o Symptome complexe qui doit toujours être relié au contexte clinique pour permettre sa meilleurs PEC,
    o Peut être agressive (ivresse aigue), euphorique ou furieuse (accès maniaque), secondaire à une crise d’angoisse, à une frustration (psychopathie), psychotique (hallucination, persécution, morcellement)…
    o Toujours éliminer une cause organique (sevrage toxiques ou médicamenteux, confusion…)

     La stupeur :
    o Suspension ou ralentissement extrème des mouvement volontaire (mimiques, gestes, attitudes),
    o Patient immobile, au faciès figé, mutique,
    o Causes multiples : confusion, mélancolie, schizophrénie catatonique, angoisse majeure (sidération anxieuse), choc émotionnel…

     La catalepsie :
    o Trouble psychomoteur aigu caractérisé par la suspension de la motricité spontanée et le maintien des attitudes imposées
    o Flexibilité cireuse ou hypertonie résistante à la mobilisation
    o Se rencontre dans la schizophrénie catatonique, la confusion stuporeuse, la mélancolie, les conversions hystériques…

     Les parakinésies :
    o Mouvement parasite modifiant les mouvements normaux,
    o Stéréotypies en sont un exemple = actes automatiques répétifs sans but adapté (balancement du corps, contorsion de la main…)
    o Retrouvées dans la schizophrénie, les démences l’arriération mentale
    o A distinguer des dyskinésie aigues ou tardives liées aux traitements neuroleptiques

     Les tics :
    o Mouvements brusques involontaires et répétitifs
    o Sont accessibles à la conscience (contrôle)


    4) Le contact :
     Fondamentale pour évaluer le mode de relation du patient avec l’entourare
     Syntone quand il est facile et adapté
     Hypersyntone quand excessif (accés maniaque)
     Indifférence autistique quand il est difficle voire impossible  caractéristique de la schizophrénie (quasi-mutisme, froideur)
     Réticence = refus volontaire du patient à parler librement (méfiance, banalisation des troubles)
     Il peut être aussi absent (états psychotiques, démences).

    Conduites instinctuelles
    1) Les troubles de l’alimentation :

     L’anorexie
     Le refus alimentaire (actif) est visible dans la mélancolie, la schizophrénie.
     La boulimie
     La dispsomanie = besoin irrépréssible d’absorber de grande quantités de boissons généralement alcoolisées
     La potomanie = Besoin permanent d’absorber de grande quantité d’eau
     Les conduites alimentaires aberrantes (ex : coprophagie)

    2) Les troubles de sommeil :
     Insomnie
     Difficultés d’endormissement, réveils multiples (troubles anxieux)
     Réveils matinaux caractéristiques de la dépression,
     Inversion du rythme circadien(démences, dépresision)
     Clinophilie = besoin de rester au lit toute la journée (schizophrénie, dépression)
     Hypersomnie  sommeil refuge ou d’évitement dans la dépression
     Phénomènes hypnagogiques sensorimoteurs (sensation de chute), sensoriels (bruit, lumière), psychosensoriels (illusions visuelles)
    3) Troubles des conduites sexuelles :
     Anomalie des fonctions sexuelles :
    o Nymphomanie, satyriasis,
    o Frigidité, impuissance,
    o Masturbation pathologique si exclusive avec éviction des rapports
    Déviations sexuelles
    • Pédophilie
      Gérontolophilie,
      inceste,
      sadisme,
      masochisme,
      voyeurisme,
      exhibitionnisme


    4) troubles des conduites sphinctériennes !
    • énurésie, encoprésie réapparaissant à l’âge adulte (états régressifs, démences)
      ritualisation (états obsessionnels)
      observation (hypocondrie)

      La date/heure actuelle est Sam 23 Sep - 4:02